Complaintes d'Outretrerre

Group avatarLa jeune fille et la Mort

+

[Complainte anonyme circulant depuis plusieurs années dans le Duché]

La jeune âme innocente souriait au printemps
En son coeur soupirait à de nombreux amants
Hasard ou destinée, ce fut lui qu’elle choisit
De tous entre les hommes, beau, jeune et aguerri

N’était point la première à lui faire les yeux doux
Lui qui d’un seul sourire les fait mettre à genoux
Pourtant, au jour naissant, à l’ombre d’une vigne
C’est lui qui s’avança, empoignant la maligne

De sang il fut question, mais point celui des roses
Car notre demoiselle charmait en virtuose
C’est l’agent du destin qui lui prenait sa vie
Sous ses coups, ses assauts mourait la jeune fille

À ce banquet sanglant, à cette Cène d’amour
C’est la Mort qui s’invite parée de beaux atours
Et de ses traits graciles, ode à l’oeuvre divine
Sous la brutalité ne restent que des ruines

Le bourreau, en vainqueur, s’en remet au Seigneur
Une de plus, encore une pour calmer ses ardeurs
Aucun doute ne l’effleure : ce n’est pas la dernière
De ses reins, de ses poings à subir la colère

Group avatar

La Compagnie des Astres

Troupe de comédiens, d'amuseurs publics, de ménestrels et de tous types d'artistes que peut compter Outreterre, la Compagnie des Astres assure soirées et spectacles par tout le Duché.

Group avatarLe Chardon et sa Rose

+

Parce que cette année je ne pourrais me recueillir là où tu reposes,
Tu sauras au moins que je continue de penser à toi. Toujours.

« Du vieux chardon ne se tarissent les pleurs,
Et toujours vive est la la blessure en son cœur.

Sa Rose bien aimée,
Depuis longtemps a fanée.

Les pétales dispersés,
Les jours heureux envolés.

Mais ses racines accrochées,
Aux souvenirs de sa moitié adorée.

Son doux parfum, son viféclat
Jamais il ne les oubliera.

Et aujourd’hui, l’Eden lui paraîtrait jardin bien austère,
S’il y manquait la plus belle fleur d’Outreterre. »

Group avatarDe la marche vers la Croisade

+

Nous Galahad Valnor, Comte de Soufflevent, Baron de Plainevent, Seigneur de Fort-la-Licorne, Chevalier de la garde, au vu des prérogatives à nous dévolues par la grâce de Dieu et la volonté de sa Grâce Madeleine Malfast, Duchesses d’Outreterre, et compte tenu du danger menaçant à l’est de Duché, avons décidé de laisser circuler les Osts portant la croix du Christ, quelle que soit leur allégeance, sur la Vipère. Le reste de nos terres restant interdite à tout étranger. Qu’il soit connu de tous les décisions suivantes.

Toutes troupes, qui se présenteront sur le cours de la Vipère, se verront le droit de traverser nos terres vers l’est. Elles devront pour ce faire attendre à la frontière de notre Baronnie de Valvipère, d’où elles seront escortées par les nefs de l’Amiral Justin de Saint-Mandrian. La traversée s’effectuera en une fois, aucune mise à terre ne sera possible. Tout contrevenant à ces dispositions pourra être abattu sans sommation.

En dehors de la Vipère, l’ensemble des terres à nous dévolues restent interdites aux étrangers. Toute personne surprise sur nos terres, se verrait aussitôt arrêter et livrer à la justice seigneuriale. Toute personne circulant de nuit sans bonne raisons sera aussitôt arrêtée et condamnée à mort, la sentence prenant office immédiatement.

Il va de soi que les membres de la Sainte Église d’Outreterre et les forces régulières de l’Ordre des Hospitaliers de St-Jean, pourront continuer à circuler librement sur nos terres, après avoir fait la preuve de leur identité et de leur ordre de marche pour les seconds.

Ces différentes décisions prennent effet immédiatement sur nos terres, à savoir nos Baronnies de Valvipère, Cendrorage, Plainevent, Soufflebrise, la Cité Franche d’Ostevent, la seigneurie de Fort-Malvent, le Gourvernorat de Marchebrume et in extenso les Marches de l’Est.

Fait en la citadelle de Marchebrume, le Quinzième jour du mois de juin, jour de la saint Lothaire, en l’An de Grâce mil cinq cent quatre-vingt-deux, par devant Dieu et les hommes.

Galahad Valnor

Group avatarAdresse au Peuple de Valroc

+

Peuple de Valroc, l’Ombre ose remettre en doute ta loyauté,

Elle qui s’est détournée du Bélier

Après lui avoir vanté les bienfaits de l’unité.

Peuple de Valroc, elle te croit assez bête pour penser

Que tu te tournerais vers l’ombre pour chercher la lumière

Mais méfie-toi : de ta vie, elle n’a que faire.

Elle ne veut que s’approprier la place du Bélier.

Peuple de Valroc, suivrais-tu vraiment l’ombre de la Vipère,

Qui distille du venin à l’encontre de ses pairs ?

L’Ombre se réclame du Bélier, mais l’on peut la mettre en doute

Car qu’est-ce qu’un bélier baigné d’ombre, sinon un bouc ?

Group avatarÉvolution

+

Ordre, jadis tu fus créé.
Pour rassembler les Écossais des Monts éparpillés.
Ce ne fut pas une mince affaire.
Avec persévérance tu as sus retrouver tes frères.

Mont sois fort, Mont sois fort.

Trop souvent tu as du lever ton épée.
Et des tiens beaucoup ont trépassé.
Trop longtemps tu as du te taire.
Car des grands tu as du satisfaire.

Mont sois fort, Mont sois fort.

Tu as été de toute les guerres.
Et ton honneur tu l’as mérité.
Tu es retourné sur tes terres.
Et la quiétude tu as trouvé.

Mont sois fort, Mont sois fort.

Longtemps tu as vécu avec d’autres peuplades.
Avant que le monde ne les accable.
Mais toi tu es né ici.
Et de ce monde tu fais partie.

Mont sois fort, Mont sois fort.

Ordre tu as traversé les années.
Sans perdre de vue les origines de ta création.
Aujourd’hui tu dois t’adapter.
Afin que les Monts trouvent satisfaction.

Mont sois fort, Mont sois fort

Ordre pour garder l’équité.
Les fondateurs vont devoir décider.
Tes frères et amis tu vas rassembler.
afin d’avoir une représentativité.

Mont sois fort, Mont sois fort.

Peuple des Monts reste fier.
Ensemble continuons à battre le fer.
Dans la joie ou dans l’adversité.
Dans nos Monts nous allons rester.

Mont sois fort, Mont sois fort.

Monts… sois unis.

Fondateur de l’ordre du chardon.

Group avatar

Ordre du Chardon

L'Ordre du Chardon représente les Écossais d'Outreterre, leur fierté et leurs traditions.

Group avatarEntendu en Bourg Saint-Michel, non loin d’une distillerie

+

Notre whisky qui êtes aux cieux
Que notre verre soit sanctifié
Que notre volonté soit faite
A l’auberge comme au comptoir
Donne nous aujourd’hui
Notre ration quotidienne
Pardonne nous nos gueules de bois
Comme nous pardonnons aussi
A ceux qui boivent de l’hydromel
Soumets nous à la tentation
Et délivre nous de la soif.
Pour le Whisky, BOIRE BOIRE BOIRE!

Group avatarAnnonce, Printemps 1582

+

[Annonce diffusée depuis l'interlive légitimiste]

A tous ceux qui liront ou entendront ces mots,

Nous, Jean-Roland Eleuthère de La Joie, faisons savoir devant le Sieur Bartholomé César Wulfric de La Joie et le frère Nicolas de Saint-Tristan, Prévôt et Gardien de la Foi en Tristeval que :

Notre ami et vassal, le Sire Thibaut-Amaury de Lancebûche, Haut-Seigneur de Sangletronc-en-Tristeval, Seigneur de Lancebûche-en-Malrèche, Diplomate de Tristeval et Officier de Tristerre, d’une part,

Et la Noble Damoiselle, Séraphine-Elizabeth de La Joie, Baillis de Tristeval et fille dudit Baron, d’autre part,

Ayant passé promesse et s’étant fiancés, lui à elle et elle à lui, par devant Monseigneur Nicholas, Evêque de Corbeval et de Soufflevent, témoin pour l’Eglise, par devant le Sire Tristan Malfast de Vilbraise, Chancelier Ducal, et par devant le Sire Jean-Roland Eleuthère de La Joie, Baron de Tristeval et Seigneur de Valgriffon-en-Tristeval, La Joie-en-Malforeste-en-Malrèche et Tourbeterre-en-Malrèche, témoins pour les hommes,

Conviendront et confesseront  les accords, promesses et convenances de mariage au 15 ème soir de juillet de l’an de grâce 1582 sous la protection de Dieu et le règne de Sa Grâce Louis Malfast Duc d’Outreterre.

La père de la futur épouse et le futur époux souhaitent que tel Eleuthère de Malrèche, le Sanglier, la lecture du contrat d’union, l’échange de la dot et du douaire ainsi que la cérémonie de mariage aient lieu à la nuit tombée et en campagne militaire.

Puisse la Lumière du Très-Haut illuminer l’Outreterre,

Sang et Devoir,

Jean-Roland Eleuthère de La Joie

Group avatarÉdit de haute trahison

+

Nous, Louis de la Maison Malfast, premier du nom, par la Grâce de Dieu et la volonté du Très-Chrétien Roi de France, Duc souverain d’Outreterre, Comte de Tristerre, Baron de Viergeval, Haut-Seigneur des Marches, de la Malcoeur et de l’Enclave et Protecteur de la Sainte Église en Outreterre,

Savoir faisons à tous, Comtes, Comtesses, Barons, Baronnes, Chevaliers et écuyers et iceux élevés dans la crainte et l’adoration de Dieu et le respect des devoirs et vertus de la chevalerie,

Qu’avons décidé et statué en Notre puissance, et proclamons par toutes Nos terres et dépendances, pour tous présents et à venir, que les ci-après sont déchus de leurs titres, honneurs et rentes afférentes.

Galahad Valnor, qui trahit son frère puis son Duc, insulta l’honneur de sa promise devant l’autel, et eut le talent insigne de souiller irrémédiablement le titre de Comte en quelques semaines à peine, sans le moindre égard pour ses pairs et vassaux. Ce que nous fîmes , nous le défaisons. Que les preux d’Outreterre effacent à jamais de leur mémoire le titre, le nom et le souvenir de ce foimenteor.

Louise Armande Kennen, qui, après avoir trahi son serment à la Garde ducale, rejeta l’amende honorable et détourna sa nomination au gouvernorat du Nord pour en faire présent aux félons.

Iora Tannin, qui accepta la charge de Gouverneure des Marches de l’Est et se parjura endéans la semaine.

En ces temps de guerre de tels actes relevant de la trahison ne se peuvent connaître qu’un verdict et une issue. Nous attendons de tout un chacun qu’il s’emploie à livrer ces trois parjures au Justicier ducal, le Comte Cyriaque Corbal, qui les déférera au bourreau, ou qu’il exécute lui-même la sanction qui est le seul remerciement aux traîtres qui se puisse.

Par ailleurs,

Pour faits indignes de la chevalerie, de la chrétienté et de la simple humanité, la Maison honnie de Cendrorage est déchue de tous ses titres et possessions – l’honneur, elle n’en a déjà plus aucun – et son nom est effacé des chroniques et registres. Que ces membres soient traqués et occis comme il convient aux bêtes enragées.

Rédigé entre Notre Cité de Tristerre, en la Malcoeur, le dix-huitième jour du mois de juin, jour de la Saint Léonce, en l’An de Grâce mil cinq cent quatre-vingt-deux par devant le regard de Dieu et des hommes.

Louis.

Group avatarÉdit de Croisade

+

Nous, Louis de la Maison Malfast, premier du nom, par la Grâce de Dieu et la volonté du Très-Chrétien Roi de France, Duc souverain d’Outreterre, Comte de Tristerre, Baron de Viergeval, Haut-Seigneur des Marches, Seigneur de la Malcoeur et de l’Enclave et Protecteur de la Sainte Église chrétienne en Outreterre, avons décidé et statué en Notre puissance, et proclamons par toutes Nos terres et dépendances, pour tous présents et à venir, de la levée d’un ost exceptionnel destiné à marcher contre la cité d’origine encore partiellement inconnue située dans la Grande Forêt par-delà les frontières au nord-est de Notre Duché.

Répondant à l’appel lancé par l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de prendre les armes contre les entreprises de l’Ordre du Temple, ennemis du Duché d’Outreterre et de la Chrétienté, bannis d’Outreterre depuis leurs actions néfastes de la Guerre des trois armées, Nous prenons la décision de prendre les armes au nom du Seigneur Tout-Puissant et de Jésus-Christ, notre Sauveur. Qu’il soit connu de tous par Nos terres et pays de Tristerre et d’Outreterre, que Nous proclamons avec le soutien de l’Ordre hospitalier la Croisade contre les ennemis du Duché et de sa Sainte Église chrétienne et appelons nos Comtes et Comtesses à Nous rejoindre et tous Nos fidèles vassaux à fournir des troupes en armes sous les ordres de Notre Connétable. Nous prendrons Nous-même la tête de cette sainte Croisade, avec Notre Cour.

Durant le temps de cette Croisade, Nous confions la protection de Notre Duché et de toutes ses terres contre les sauvages païens à l’Ordre des Hospitaliers, en respect de leur mission, sans interférence avec la guerre qui nous oppose aux rebelles à Notre Trône. La Croisade sera escortée par un contingent du même Ordre des Hospitaliers. Aucune trêve n’a été conclue entre Nos vassaux et osts fidèles, et les félons et factieux qui se sont dressés contre Notre Trône et Notre légitimité consacrée par Dieu et la Sainte Église d’Outreterre. L’ost de la Croisade combattra tout ennemi qui se mettrait en travers de sa route, au nom de Dieu et du Duché, qu’il soit rebelle ou sylvestre.

Deus vult !

Rédigé en Notre Cité de Tristerre, le dixième jour du mois de juin, jour de la saint Landry, en l’An de Grâce mil cinq cent quatre-vingt-deux, par devant Dieu et les hommes.

Louis

Group avatarÉdit contre l’Ordre du Temple

+

Nous, Madeleine de la Maison Malfast, première du nom, par la Grâce de Dieu et la volonté du Très-Chrétien Roi de France, Duchesse souveraine d’Outreterre, Comtesse de Tristerre, Comtesse de Malaterre, Baronne de Viergeval, Baronne de Malberge, Haute-Dame des Marches, Dame de la Malcoeur et de l’Enclave et Protectrice de la Sainte Église chrétienne en Outreterre, avons décidé et statué en Notre puissance, et proclamons par toutes Nos terres et dépendances, pour tous présents et à venir, de l’ordre donné à une partie de nos osts de se diriger vers la cité située au nord-est de Notre Duché et signalée par de nombreux rapports d’éclaireurs.

Forte du soutien indéfectible de la Très-Sainte Inquisition d’Outreterre et de Son guide, Monseigneur Dominique, Haut Justicier ducal, dans Notre action contre ce bastion de l’Ordre du Temple, honni parmi tous les Chrétiens et serviteurs de la Sainte Eglise, Nous prendrons nous-même la tête de cette Croisade sacrée contre les ennemis du Duché. Nulle trêve avec les félons suivants de Notre grand-père, autrefois Duc d’Outreterre, affligé par le Seigneur Tout-Puissant de la perte de l’esprit, n’est sollicitée avant la fin de toute contestation à Notre souveraineté sur le Duché. Toute entreprise menée par les troupes félonnes à l’encontre de Notre ost sera traitée comme un acte de guerre, et toute armée loyale à Notre grand-père sera combattue avec vigueur et détermination, avec le soutien du Seigneur Tout-Puissant et de Saint Michel, Commandant des osts célestes.

Qu’il soit connu de tous que Nous nous mettons en marche avec Nos troupes séance tenante, et appelons tous Nos fidèles vassaux à fournir des troupes pour cet ost croisé qui marche sur la Grande Forêt et les ennemis du Duché d’Outreterre et de sa Sainte Église. Nous enjoignons Notre Connétable, Messire Armand Kennen, à Nous rejoindre à la tête de cette armée et à déléguer à un chevalier digne de cette charge la poursuite de Nos entreprises et assauts contre les félons dans le Duché pour se consacrer lui-même à la Croisade sacrée. Nous enjoignons également tous nos Comtes et Comtesses vassaux à Nous rejoindre et à fournir leurs meilleurs hommes, guerriers et hommes de savoir, pour cette mission sainte. Avec l’assistance de Dieu, les rebelles à Notre autorité auront été vaincus par Nos glorieuses armées qui continuent à se battre dans le Duché à Notre retour de Croisade et les combattants du Christ entreront en vainqueurs sanctifiés dans les rues de Notre capitale de Tristerre.

Pour Outreterre
Deus vult !

Rédigé en Notre Baronnie vassale de Malberge, le sixième jour du mois de juin, jour de la saint Claude, en l’An de Grâce mil cinq cent quatre-vingt-deux, par devant Dieu et les hommes.

Madeleine.

Group avatar

Baronnie de Viergeval en exil

Maison : Malfast (fidèles à Madeleine Malfast) Devise : N'oublie jamais !

Group avatarPremier Édit de Marchebrume

+

Marchebrume, le 14 mai de l’an de Grâce 1582

Nous Tibère Valnor, par la Grâce de Dieu et la volonté de sa Grâce Madeleine Malfast, baron de Soufflebrise et gouverneur militaire de Marchebrume, dans un souci d’éternelle bienveillance pour le peuple qui nous nourrit déclarons que…

-Tout habitant de Marchebrume souhaitant améliorer son quotidien pourra se présenter en notre chancellerie afin d’y recevoir une nouvelle livrée d’étoffe bleue propre et solide ainsi qu’un cor de cuivre en échange de ses vieilles guenilles blanches, qui seront lavées et recyclées en draps et autres étoffes.

-Tout habitant capable de travailler aux champs est invité, s’il le souhaite, à se présenter également en notre chancellerie. Si vos champs ont été rendus incultes par la guerre, ceux de Soufflebrise regorgent de blé et de légumes. Vous pourrez y travailler à la corvée sous la protection de nos hommes, nourris et logés. Contre une semaine de corvée, vous pourrez conserver le quart de ce que vous récoltez afin de nourrir votre famille en attendant que vos champs soient de nouveaux arables.

-Tout habitant souhaitant travailler à la remise en état de vos infrastructures est invité à se présenter auprès de nous. Nous lui fournirons un travail à la mesure de ses capacités ainsi que le gîte et le couvert.

-Toute veuve et tout orphelin de guerre sont invités à se présenter devant nous. Soucieux de leur avenir, nous les aiderons de notre mieux à garder ou retrouver un toit ainsi que de quoi subvenir à leurs besoins, avec le concours de notre Sainte Mère l’Eglise.

Sachez également que nos négociants sont appelés à estimer la valeur des richesses matérielles de vos anciens maîtres (bibelots, orfèvrerie…) elles seront revendues et le produit sera entièrement alloué au peuple de Marchebrume. Vous apprendrez ainsi que pour nous, Tibère Valnor, la noblesse se vit dans le cœur et l’acte plutôt que dans la démontre !

Auberges et lieux de détentes ont été rouverts afin que la soldatesque puisse y goûter au repose du guerrier sans importuner plus en avant la digne population de Marchebrume. Dès lors, que tous sachent que tout viol commis envers une femme de Marchebrume sera puni de castration.

Enfin, dans un souci toujours croissant de voir la parole des Saintes Ecritures propagée dans tout Marchebrume, l’ordre franciscain sera invité à arpenter vos terres afin d’apaiser vos cœurs et vos âmes jusque dans vos foyers.

Peuple de Marchebrume, je regrette que vous ayez à payer le prix de la guerre et je prie de tout cœur que le Très Haut vous aide à voir en notre personne un ami et non un despote.

Que Dieu vous garde

Tibère Valnor
Baron de Soufflebrise et Gouverneur militaire de Marchebrume.

*Texte déclamé dans chaque communauté de la baronnie anciennement corbale*

Group avatar

Baronnie de Soufflebrise (et Gouvernorat de Marchebrume)

Devise: "Avec panache..." Fief des descendants de Sylvain Valnor (dont ils ont conservé le lambel), elle est le grenier à blé du comté, abritant part ailleurs le Moulin des Brises et l'Abbaye de St Benoît.

Group avatarOrdre d’arrestation

+

Gouvernorat militaire de Marchebrume, le 19 juin 1582

Nous Tibère Valnor, par la Grâce de Dieu et la volonté de sa Grâce Madeleine Malfast, Baron de Soufflebrise et Gouverneur militaire de Marchebrume, aimerions faire devant tous la déclaration suivante.

Attendu que, par ses actes scélérats, il aura attiré les pires criminels en nos terres ;

Attendu que, par ses manigances, il aura été indirectement responsable du meurtre de mon épouse, attirant sur nos têtes à tous la main crochue et venimeuse des cercles assassins ;

Attendu que, en mauvais chrétien, il a périclité dans ces actes malgré le pardon que nous lui avions plus que débonnairement accordé ;

Attendu que, malgré tout cela encore, il a osé se dresser contre ses seigneurs, exemple d’ingratitude et d’égoïsme s’il en est ;

Attendu que, dans sa chute et sa déchéance, il aura essayé d’emporter d’autres avec lui en tentant de les détourner de leur serment envers sa Grâce Madeleine;

Nous, Tibère Valnor, fils de Charles Valnor et de Léonie Corbal, baron de Soufflebrise et Gouverneur militaire de Marchebrume, déclarons que le dénommé Godefroid Séliac est déchu de ses droits et de sa liberté.

Il sera retenu enchaîné en nos geôles en attendant d’être jugé devant Dieu et les Hommes.

Telle est notre volonté,

Tibère Valnor, Baron de Soufflebrise et Gouverneur militaire de Marchebrume.

Group avatar

Baronnie de Soufflebrise (et Gouvernorat de Marchebrume)

Devise: "Avec panache..." Fief des descendants de Sylvain Valnor (dont ils ont conservé le lambel), elle est le grenier à blé du comté, abritant part ailleurs le Moulin des Brises et l'Abbaye de St Benoît.

Group avatarQuand l’ours se fait brebis

+

Hommes et Femmes de Valroc,

Votre seigneur a t’il plusieurs paroles, lui qui disait que le sang avait trop coulé ? – La réponse est « oui ».

N’est-il que le triste pantin d’une belle-famille qui n’hésite pas à vous affamer ? – La réponse est « oui ».

Quand viendra l’hiver, remplira-t-il les greniers vides par les dépouilles de vos fils ? – La réponse est « oui ».

Le fier ours qui voulait la paix s’est il transformé en brebis ? La réponse est « oui ».

Versera-t-il à nouveau votre sang pour un conflit qui ne vous nourrira pas ? – La réponse est « oui ».

Vous arrachera-t’il a vos familles et à vos champs pour combattre celui qui hier encore était votre voisin et ami ? La réponse est « oui ».

 

Sachez que nous ne voulons que la paix.

Il y a quelques jours, vous avez entendu chanter la reddition du Baron Léopold. Mais aujourd’hui, vous utilise comme un bouclier à ses changements d’allégeances.

Pour avoir souhaité la paix, il sera jugé et chatié par la voix de sa propre femme. Mais vous, habitants de Valroc, écoutez la mienne : A l’abri du froid et du sang vous trouverez chez moi pitance et réconfort dans les bras de vos frères.

Nous faisons la guerre à ceux qui vous affament. Les deux tours n’ont pas attaqué les enfants de Valroc mais votre seigneur les a envoyés pour mourir contre notre armée, loin en Hautroc. Si la Chevrette ne fait que bêler et vous mépriser, rappelez vous que c’est le « Bélier » qui ensemence le troupeaux et le fait prospérer… Soulèvez-vous, vous n’êtes pas des moutons !

Eléanor Dombre, Baronne de Sombretour et Baronne régente de Blanchetour.

Group avatarA celui qui laisse la Défense de son honneur aux mercenaires

+

Celui qui implorait les duels :

 

Aiguises ton épée mon bon,

Car ton duché est moribond.

Éconduis par Ezekiel le Répurgateur,

Tu provoques ainsi  le fidèle Commandeur.

 

T’ennuies-tu assez que pour provoquer tes alliés ?

N’y a t’il plus d’osts dans le duché à écorcher ?

Lorsque la paix sera revenue,

J’organiserai un concours d’attributs !

 

Ton vît tu pourras poser sur la table,

Sous les encouragements d’une foule affable,

Devant leurs yeux ébahis tu pourras tirer dessus.

Et enfin nous mesurer pour te savoir vaincu.

 

En attendant,

nous les soldats avons une guerre à mener,

Et peu de jeux à nous allouer…

 

Chevalier : Tristan Dombre, Commandeur de la Garde Ducale

 

Group avatarJuge ton Union comme tu juges ton Ennemi !

+

Juge ton Union comme tu juges ton Ennemi

———————————————

 

Toi qui de tes murs juge nos actions,

Qu’en est-il de tes amis bien bons ?

Ne vois-tu que la rouge vouivre convoite tes terres,

Bientôt comme en Malaterre nous pleurerons un frère…

 

Juge ton Union comme tu juges ton Ennemi  !

 

 

Toi qui sali notre si ancien nom,

Ignores-tu ce que fait sa Légion ?

Sans honneur et en surnombre elle balaye les maris,

Alors que c’est bien seul que nous y avions été contris…

 

Juge ton Union comme tu juges ton Ennemi  !

 

 

Toi qui porte de notre ancêtre commun le nom,

Tu offres ton heritage au feu du Dragon ?

Si tu laisses la vouivre rêver à son passé glorieux,

C’est une hydre à trois têtes qui te dévorera d’ici peu…

 

Juge ton Union comme tu juges ton Ennemi  !

 

 

Toi qui aurait pu simplement demander pardon,

Ce sont les enfants du Bélier que tu offres à la moisson ?

Car pour toi le sang de Bergeval ne compte plus,

C’est sans combattre que tu nous auras avoué vaincus…

 

Juge ton Union comme tu juges ton Ennemi  !

 

D’une seule Clameur dans les terres de Sombretour et Blanchetour.

Group avatarMarque de sympathie à Tristan Dombre

+

Messire Commandant Tristan Dombre
Injustice ni bravade vous encombre!
Si vos paroles s’avèrent tout aussi précises
Et justes que votre épée n’est expressive,
Recevoir pour vous une pichenette
Agira comme le vent sur girouette.
Bobard du Montbelliard, par vous répandu,
Licence vous semble étonnamment étendue,
Entant entendu ce que sur notre Lige
Par vous proférés les mots qui désobligent.
Avez-vous aussi le courage de répéter
Rodomontades et saintes grossièretés?
Jusqu’à notre sainte mère vous insultez.
Ustensil’ imbécil’ soyez sénilité
Ramenez vos fesses, minuscul’ commandant
Ecarlate, Tancrède vous jette le gant.

Chanson écrite sous la commande du chevalier Tancrède de la Vigie, le seigneur Ecarlate, de l’enclave franche de la pluie écarlate, mieux connue sous le nom de bourg écarlate.

Père Béranger,
Curé de l’enclave franche de la pluie écarlate,
Homme de lettres

Group avatar

Enclave franche de la Pluie écarlate

L'Enclave franche a été accordée par le Duc Louis Malfast à des membres issus de la Compagnie Pluie écarlate sur les terres défrichées par le Duché en bord du Saint-Espérance. Dépendant directement du Duc, ces nouvelles terres sont en bordure directe de la Grande Forêt.

Group avatarSecond Edit de Valroc

+

Nous, Siobhan Lanark, baronne de Valroc par la Grâce de Dieu et par la volonté de Sa Grandeur Elvire Lanark, Comtesse de Bergeval, déclarons avoir arrêté Notre époux, Léopold Bärenwald, en l’attente de son procès. Il sera jugé pour ses actes par Sa Grandeur Elvire Lanark, soutenue par ses conseillers Siobhan Lanark et Thibalt de Blanchetour ainsi que la Baronne Ambrosine de Blanchetour-Lanark, le gouverneur Konrad Telhenson et l’avoué Édouard d’Ambroise, et ce pour garantir l’impartialité de son procès.

Rédigé en Notre demeure de Cornemont le treizième jour du mois de juin, jour de la Saint Antoine en l’an de grâce mil cinq cent quatre-vingt deux.

Group avatarActe de foi du Chevalier Léopold

+

Moi Léopold Bärenwald, déchu légalement de mon pouvoir et droit sur les terres de Valroc par la Comtesse Elvire Lanark, vassal de la Duchesse Madeleine Malfast. Je reconnais m’être rendu afin de protéger mon peuple d’une catastrophe sans nom qui risquait de s’abattre sur mes terres.

Cependant je me dois de répondre à plusieurs accusations.

On m’accuse de lâcheté, je demande où était ceux-là quand les sylvestres tuaient mes hommes dans la boue des Marches ?

On m’accuse de félonie, je demande où était ceux-là quand entouré d’ennemis à Hautroc je n’ai jamais relâché ma foi et ma fidélité envers Madeleine ?

On m’accuse de trahison, je demande où était ceux-là quand des Scots ont brûlés mes terres, pillés des villages et massacrés mon peuple ?

On m’accuse de conspiration, je demande où était-ceux là quand malgré les événements, je suis resté aux côtés de ma suzerain Elvire Lanark ?

On ne peut m’accuser que d’une seule chose : vouloir le bien de mon peuple et tout faire pour éviter son anéantissement.

Je me suis battu pour mon peuple pendant des jours, mais les menaces que j’ai reçu m’ont fait prendre peur, car oui j’ose l’avouer j’ai peur. Peur de voir l’injustice régner sur ces terres, peur de voir ceux qui rompent les serments comme le pain gouverner mon peuple. J’ai fait la seule chose qui me paraissait juste à ce moment, qui est d’arrêter cette folie. Ai-je été un peu vite ? Oui. Aurais-je dut réfléchir avant d’écrire ? Oui. Aurais-je dût malgré les menaces me dire que le bien de mon peuple ne passe pas par sa survie mais par son droit à la justice et à l’honneur ? Oui. La peur m’a guidé, j’ai laissé la peur prendre place dans mon coeur au lieu de la foi envers Madeleine et Notre Seigneur. J’aurais dût me reposer quelques jours afin de calmer tout cela, mais n’en n’ai aucunement fait, et par cela je m’en repent sincèrement.

Je déclare désormais à tout ceux qui veulent nous faire plier, que si l’ennemi sylvestre n’y est pas arrivé, je ne vois pas comment vous pourriez y parvenir.

Aussi je déclare que mon acte fut entièrement personnel, ce n’est pas en qualité de baron que je me suis rendu, mais en qualité de chevalier. Mon armée est et reste fidèle à sa Grandeur Elvire Lanark ainsi que mon peuple. Madeleine Malfast est la seule et unique Duchesse d’Outreterre et son fils Théodore le seul héritier !

Et je promets, que peu importe le jugement qui me sera fait, peu importe la sentence, que ce soit dans la vie ou la mort, je serais à jamais le dernier des dernier partisans, celui qui restera debout jusqu’au bout dans la bataille, et je ne rangerai mon épée que lors de notre cri de Victoire en la cathédrale de Tristerre.

Mon peuple a assez souffert, mais la victoire du Tyran Lion et de la Félonne Ombre n’arrêterons pas cette souffrance.

Léopold Bärenwald
Chevalier de Bergeval

Group avatarL’Ours et le Bélier

+

En ces temps de déboires,
Où règne le désespoir,
L’Ours à Valroc est tombé,
Mais le Bélier s’est éveillé.

En ces temps de déboires,
Où règne le désespoir,
L’Ours de Valroc pour ses actes sera jugé,
Mais le Bélier digne et juste saura rester.

En ces temps de déboires,
Où règne le désespoir,
Les enfants de Valroc se réveillent effrayés,
Mais le Bélier protecteur sait rassurer.

En ces temps de déboires,
Où règne le désespoir,
Siobhan Lanark à la tête de Valroc s’est présentée,
Et le Bélier par sa vaillance et sa ténacité sera la fierté.

En ces temps de déboires,
Où règne le désespoir,
Une aube nouvelle à Valroc s’est levée,
Et les enfants enjoués célèbrent le Bélier.

Group avatarEdit de Valroc

+

Nous, Elvire Lanark, Comtesse de Bergeval et Baronne de Hautroc par le droit du sang, la Grâce de Dieu et la volonté du Roy de France, statuons et proclamons en ce jour la destitution de son titre de Baron de Valroc de Léopold Bärenwald pour faits de Haute Trahison.

Au vu de l’union maritale qui unit Léopold Bärenwald à notre bien-aimée cousine Siobhan Lanark, Nous sommes disposée à accorder vie sauve à Messire Bärenwald. Nous référons à des temps ultérieurs Notre décision quant au châtiment qui lui sera attribué.

Nous, Elvire Lanark, Comtesse de Bergeval et Baronne de Hautroc par le droit du sang, la Grâce de Dieu et la volonté du Roy de France, statuons et proclamons en ce jour l’élévation au titre de Baronne en Notre fief de Valroc de Siobhan Lanark.

Par le présent Edit, Dame Siobhan Lanark est autorisée à dater de ce jour à se parer du titre et de l’honneur de Baronne de Valroc et à prendre toute action et décision en Notre nom et avec Notre consentement pour la gouvernance du fief de Valroc.

Rédigé en Notre Cité de Hautroc le douzième jour du mois de juin, jour de la Saint Guy, en l’An de Grâce mil cinq cent quatre-vingt-deux.