Group avatarDe la marche vers la Croisade

+

Nous Galahad Valnor, Comte de Soufflevent, Baron de Plainevent, Seigneur de Fort-la-Licorne, Chevalier de la garde, au vu des prérogatives à nous dévolues par la grâce de Dieu et la volonté de sa Grâce Madeleine Malfast, Duchesses d’Outreterre, et compte tenu du danger menaçant à l’est de Duché, avons décidé de laisser circuler les Osts portant la croix du Christ, quelle que soit leur allégeance, sur la Vipère. Le reste de nos terres restant interdite à tout étranger. Qu’il soit connu de tous les décisions suivantes.

Toutes troupes, qui se présenteront sur le cours de la Vipère, se verront le droit de traverser nos terres vers l’est. Elles devront pour ce faire attendre à la frontière de notre Baronnie de Valvipère, d’où elles seront escortées par les nefs de l’Amiral Justin de Saint-Mandrian. La traversée s’effectuera en une fois, aucune mise à terre ne sera possible. Tout contrevenant à ces dispositions pourra être abattu sans sommation.

En dehors de la Vipère, l’ensemble des terres à nous dévolues restent interdites aux étrangers. Toute personne surprise sur nos terres, se verrait aussitôt arrêter et livrer à la justice seigneuriale. Toute personne circulant de nuit sans bonne raisons sera aussitôt arrêtée et condamnée à mort, la sentence prenant office immédiatement.

Il va de soi que les membres de la Sainte Église d’Outreterre et les forces régulières de l’Ordre des Hospitaliers de St-Jean, pourront continuer à circuler librement sur nos terres, après avoir fait la preuve de leur identité et de leur ordre de marche pour les seconds.

Ces différentes décisions prennent effet immédiatement sur nos terres, à savoir nos Baronnies de Valvipère, Cendrorage, Plainevent, Soufflebrise, la Cité Franche d’Ostevent, la seigneurie de Fort-Malvent, le Gourvernorat de Marchebrume et in extenso les Marches de l’Est.

Fait en la citadelle de Marchebrume, le Quinzième jour du mois de juin, jour de la saint Lothaire, en l’An de Grâce mil cinq cent quatre-vingt-deux, par devant Dieu et les hommes.

Galahad Valnor